samedi 30 avril 2016

Sacra II

Pouvant se lire de manière indépendante, mais représentant le second volet du recueil Sacra, et son pendant les nouvelles de ce recueil répondant aux nouvelles du premier tome, Sacra propose quasiment que des textes inédits (nouvelles ou novellas) où fortement remaniés et enrichis de Léa Silhol.

Bien qu'il serait réducteur de ne donner qu'un thème à chaque recueil, il est probablement possible de dire que si le premier tome était sous le signe de l'art, ce second volume est sous celui de l'héritage / la transmission; Héritage/transmission entre générations, mais aussi de l'histoire et du poids des décisions passées (et présentes).

Chaque texte de ce recueil tissent des liens avec le reste de l’œuvre de Silhol (comme toujours chez elle, mais c'est ici très très présent) et principalement avec celle du premier tome (mais, à l'exception peut-être d'un texte, tous les textes, je le répète, peuvent se lire pour eux même).

Difficile de parler des nouvelles du recueil sans soulever au moins un petit peu la trame, que ceux qui veulent garder une surprise totale sautent directement à la fin de cette chronique.

"Lumière Noire" est une une ré-édition à l'identique (il me semble) d'une nouvelle que je connaissais, elle suit une jeune femme atteinte de syphilis, à une époque où la maladie est incurable, et son petit-ami qui mettent la main sur une lampe Oscuro de Isenne et découvre un autre monde dans les ombres. Une nouvelle qui ouvre en douceur aux mystères de ce recueil.

"Sfrixàda, l'Empreinte, dans la cendre" est un dialogue, en la cité d'Isenne, entre une visiteuse prestigieuse et un artisan qui narre une histoire d'amour et la chute d'un Royaume. Une belle écriture pour une nouvelle faisant le lien entre une du tome précédant et une histoire de tailleur présent dans Les Conte de la Tisseuse.

""D'une étoile à l'autre" est probablement le texte qui pourrait sembler le plus obscure pour les lecteurs peu habitué à la trame "silholienne". C'est une version longue de la nouvelle "L'étoile au matin" qui se déroule, de nos jours, à Istanbul. Elle met en scène Lucifer lui même qui, suite à une visite, décide de se préparer à choisir un camp dans un conflit ancien. La novella voit se succéder une brochette d’immortelles et de factions occultes (Fays, Djinns, Nephilims, etc.) qui tissent entre eux la quasi totalité des textes de La Trame et laisse présager d'un conflit imminent. Un très beau texte qui parlera sans doute le plus aux familiers de l'auteure et surtout de son œuvre.

"Béni soit l'Exil", version longue et d'un autre point de vue de "La Faveur de la Nuit", narre la grandeur, la chute et l'exil (se terminant à Isenne) d'une nation qui a cherché, obtenu et perdu, les faveurs d'un prince sombre de féerie. Un texte très bien maitrisé et agréable à lire.

"Le Maître de Kodo", une longue novella (probablement mon texte préféré du recueil) se déroulant au Japon et qui voit un groupe de Fay (avant la découverte de Frontière) se rendre au près d'une ancienne famille  du pays afin de sauver sa plus jeune membre. Celle ci, Fay, est perdu dans le monde virtuel (le GRID) à la recherche de son âme sœur. Il est question ici de malédiction famille, de flocons, de tatouages, de secrets et de découvertes. Je ne peux qu'adhérer, surtout quand se rencontre la trame de Frontière avec la nouvelle qui m'avait le plus marqué dans Les Conte de la Tisseuse : "la loi du flocon". J'espère pouvoir en lire d'avantage sur la Fay de la famille dans le futur.

"Emblemata" est une courte nouvelle qui narre la rencontre entre un voyageur et un immortelle en 1931 en Orient pour une longue discussion sur les religions et le passage du temps. Si la nouvelle contient d’intéressantes réflexions, elle est pour moi un cran au dessous du reste.

"The Passenger" clôt le recueil et fait écho à la première nouvelle de Sacra I en narrant, à New York alors qu'une ambassade de Frontière est reçu à l'ONU, les retrouvailles entre un traducteur et "son" auteure disparue il y a plus de 20 ans et revenu changée. Une nouvelle qui montre qu'être différent est avant tous un choix et qu'il n'est jamais trop tard ?

Finalement Sacra II est de très très bonne facture et forme un tous avec Sacra I. A noter que l'ordre dans lequel les textes sont présentés n'est pas dû au hasard et forme un voyage très bien pensé.

vendredi 29 avril 2016

Dur Silence de la Neige

Se déroulant au XVIe siècle, Dur Silence de la Neige est un roman court de Christian Léourier qui narre la fin d'une traque; celle de Mazé, un ancien soldat, poursuivant un sanglier particulièrement intelligent, gros et dangereux.
 
La traque de Mazé le mène au Chambon, un village perdu dans la montagne. Reçu avec méfiance par les montagnards, il s'installe néanmoins parmi eux, avec la veuve de l'un d'entre eux et son fils boiteux. Poursuivant sa traque, Mazé s'insert peu à peu dans la vie du village, et ses nombreuses relations faites de proximités et de rancœurs propre aux petites communautés, avant de terminer, en hiver sa traque de manière tragique.
 
Dur Silence de la Neige est un beau roman terriblement bien écrit et dont l'histoire profondément humaine, au niveau de la vie intérieur de Mazé mais également des relations entre personnes, m'a beaucoup plus. 

jeudi 28 avril 2016

Authority

Second volume de la trilogie du Rempart Sud, Authority est un roman superbement écrit et maitrisé qui donne quelques réponses aux questions posées par le premier tome et qui ouvre tout un nouvel ensemble de questions et de mystères.
 
Alors que Annihilation se déroulait dans la zone X elle-même, Authority se déroule peu de temps après au siège du Rempart Sud (l'organisation chargé de surveiller et d'étudier la zone X). Contrôle, comme il se fait appeler, est envoyé par Central (l'administration en charge du Rempart Sud) afin d'en prendre la direction par intérim. L'ancienne directrice étant en effet manquante et de nombreux disfonctionnement ayant été constaté dans l'organisation.
 
Le lecteur découvre avec lui le fonctionnement de l'organisation et ses membres les plus anciens. Si certaines questions sur la zone X et sur les expéditions qui y ont été envoyées trouvent des réponses ici, d'autres questions et mystères apparaissent : Contrôle est-il vraiment en charge ? Quelle est l'origine de la zone X ? A-t-elle un but ? Qui sont vraiment les membres revenus des deux dernières expéditions ? etc.
 
L'ambiance d'Authority est angoissante et Vandermeer arrive à faire monter la tension de manière très efficace durant une grande partie de son roman avant de proposer un final dévastateur qui ouvre un nouveau champ de questionnement qui me donne envie de lire, avec angoisse, le dernier tome.

jeudi 21 avril 2016

Annihilation

Premier tome de la trilogie du Rempart Sud, Annihilation est un roman appartenant au courant du "New Weird" qui pose beaucoup de questions et n'apportent que peu de réponses (ce qui a toujours tendance à m'agacer prodigieusement), il n'en reste pas moins qu'il extrêmement bien écrit et intéressant à lire.
La zone X est une région côtière abandonnée depuis plus de quarante ans et qui est en quarantaine car il s'y passe des phénomènes étranges. Une agence gouvernementale, le rempart sud, y envoie de temps à autres des expéditions, Annihilation suit la douzième au travers du journal de la Biologiste de la mission (dont le nom est la fonction). Situé au delà d'une mystérieuse frontière et sans que soit expliqué comment rejoindre la zone X, l'expédition doit, avec de l'équipement peu moderne, continué d'explorer la région, caractérisée notamment par la présence d'un phare sur la côté.
Trouvant un tunnel non répertorié sur les cartes s'enfonçant en colimaçon dans le sol et dont les parois sont recouvert d'un texte écrit grâce à des organismes vivant, l'expédition, sous les ordres de la Psychologue, décide d'en savoir plus. Le journal décrit alors la disparition progressive des membres de l'expédition et les étranges éléments qui se déroule de la zone X : le tunnel et son écriture, la créature qui crie la nuit dans les marais, la manière dont on se rend dans la zone X, les changements chez la Biologiste (dont le mari faisait partie de l'expédition précédente et est revenu, sans que personne ne sache comment, changé), le secret du phare, etc.
Annihilation est un roman étrange qui pose beaucoup de questions sans apporter aucune réponse. La Biologiste fait face à l'étrange tous le long de son exploration avant de devenir, peut-être, étrangère à elle même. Très bien écrit et maitrisé, je suis curieux de lire les suivants même si je crains beaucoup que ma quête de réponse, comme celle des expéditions ne soit vaine.

lundi 18 avril 2016

Ready Player One

Cela fait plusieurs années que je voulais lire ce romand ce Ernest Cline se déroulant en 2044 alors la planète vit une crise économique globale. Une partie importante de la population passe son temps dans OASIS, un univers de réalité virtuel extrêmement riche et qui peut être accéder avec des dispositifs d'immersions en réalité virtuel poussé.
 
Alors que le roman débute, James Halliday, richissime homme d'affaire et créateur d'OASIS vient de mourir et une vidéo posthume est publiée qui lègue sa fortune et le contrôle d'OASIS à celui qui réussira à trouver trois clefs cachées dans OASIS et passer, avec, les trois portes / instances. Pour lancer la quête, Halliday laisse un journal dans lequel il détail les différents films et jeux qu'il a aimé et une énigme à résoudre.
 
De nombreuses personnes se lancent à la recherche de la première clef dans l'espoir de devenir richissime, provoquant au passage un regain d'intérêt pour la culture des années 80 et 90. Mais après plusieurs années sans que la quête ne progresse, l'intérêt du public diminue et seul une minorité poursuit encore la quête; une minorité et une corporation dont une division entière, pilotée par Nolan Sorrento, est chargée de mener la quête de Hlliday dans le but de prendre le contrôle d'OASIS.
 
Le roman suit Wade Owen Watts/Parzival, un jeune homme de 17 ans appartenant à une famille pauvre, la norme aux États-Unis, qui recherche également la première clef. Lorsque, contre tout attente, il la trouve, il se retrouve plongé, avec d'autres jeunes gens, au seins d'une quête plus dangereuse qu'il n'y parait.
 
Ready Player One est un roman très intéressant et bien mené aux multiples rebondissement. A part une ou deux scènes qui m'ont semblé un peu tirée par les cheveux, c'est une lecture agréable. A noter qu'il existe une courte fan fiction écrit par Andy Weir (l'autre du livre Le martien) sur Nola Sorrento qui change complétement la vision du personnage. Cette nouvelle (que je trouve brillante), à lire après le roman, est devenue canon depuis qu'elle a été incluse dans la dernière édition américaine d'icelle.

samedi 16 avril 2016

Une heure-lumière

Nouvelle collection du Bélial, une heure-lumière propose des novellas (romans courts), en traduction ou original. La première "fournée" est composé de quatre novellas, trois traductions et une production original, des très bonne qualité.
 
Le Choix de Paul J. McAuley se déroule dans un futur post-apocalyptique où les dérèglements climatiques ont poussés une partie importante de la population dans la précarité. Damian et Lucas sont deux ados vivants au cœur du Norfolk. Lorsqu'un "dragon", un gigantesque nettoyeur des mers de conception extraterrestre, s'échoue sur une île, les deux ados décident d'aller le voir, lorsque l'un d'entre eux revient avec un morceaux de technologie alien débute pour eux des évènements dangereux qui vont modifier leur futurs.
 
Très bien écrit, la novella est presque trop court et laisse une envie d'en savoir plus sur ce futur.
 
Cookie Monster de Vernor Vinge suit l'entrée de Dixie Mae au service client de LotsaTech, la grande entreprise de technologie. Mais un étrange message sur son passé la lance sur la piste d'une vérité sur la compagnie très dérangeante. Réalité virtuel et monde de l'entreprise donne une novella d'une rare puissance.
 
Le Nexus du Docteur Erdmann de Nancy Kress narre l'émergence d'une super conscience humaine depuis le point de vu d'un home pour personnages âgées, et principalement celui du Dr. Erdmann un physicien à la retraite. Une novella objectivement très bien construite mais dont l'écriture m'a laissé un peu froid (comme les autres textes de Kress que j'ai eu l'occasion de lire).
 
Au moment de commencer la lecture de Dragon de Thomas Day je craignais un peu le traitement du thème : un tueur en série qui élimine des pédophiles et des proxénètes en Thaïlande. Le court roman, dont les chapitres numérotés en ordre chronologique sont présentés dans le désordre, est superbement bien maitrisé et oscille entre le point de vu du lieutenant Tannhäuser Ruedpokanon enquêtant sur un tueur en série et Dragon le tueur. Plongeant dans l'enfer de la prostitution pédophile,  Dragon est un mélange de thriller et de fantastique, une vraie réussite qui évite l'écueil du glauque.

vendredi 15 avril 2016

Joker Wild

Troisième tome de la série Wild Cards (un univers partagé de super-héros dans un monde où un virus extraterrestre à donné des pouvoirs à une partie de la population : les Aces, et déformé les plus malchanceux : les Jokers).
 
Si les deux premiers tomes sont des recueils de nouvelles, avec une trame qui se suit dans le second, Joker Wild est un roman écrit à plusieurs mains (sept auteurs pour sept personnages) qui voit sept personnages se croiser et se re-croiser autours de plusieurs intrigues individuels et de deux intrigues "collectives". Le tout le jour, le 15 septembre 1985, où la ville de New York fête son carnaval et "célèbre" ses Jokers.
 
Une des deux intrigues est constituée par la traque d'un carnet ayant été volé à un parrain de la pègre, comme tous bon McGuffin le lecteur en saura beaucoup sur sa traque, et son parcours hiératique dans New York, mais au final il n'en apprendra que peu sur son contenu. La seconde intrigue est une prolongation du tome 2 (Aces High) avec le principal méchant qui met en branle sa vengeance envers les Aces qui ont arrêté son plan machiavélique.
 
Joker Wild est un très bon roman avec de nombreux tours et détours mais qui reste très lisible et passionnant à lire. Il n'est sans doute pas, par contre, une bonne porte d'entrée pour qui n'aurait pas lu les deux précédents.