mardi 20 janvier 2015

Sovok

Second roman de Cédric Ferrand, Sovok est une sorte de cyberpunk soviétique. Le roman se déroule à Moscou dans un futur non identifié et uchronique (entre système libérale, technologie cyberpunk de seconde zone, contestations, nostalgie du système communiste et services et biens qui vieillissent (mal)).
L'histoire est centrée sur trois employés de la compagnie d'ambulances volantes (oui, oui comme dans Le cinquième élément ou l'éclaire noir), modèle Jigouli d'occasion "quasiment" neuf, Blijni : un pilote expérimenté également représentant du personnel, une urgentiste cynique ancienne médecin et un juif, ancien soldat, originaire d'une province lointaine et "exotique" nouvellement employé/stagiaire.
Le roman se déroule sur une période d'une semaine cruciale pour Blijni, la Russie et le destin de ces trois anti-héros, citoyens à la vie compliquée qui naviguent entre boulot, vie privée et petits arrangements pour pouvoir finir le mois. Faisant le tour de nuits, l'équipage de la Jigouli ont fort à faire pour soigner les petits et grands bobos d'une population de la débrouille, alors que les hôpitaux manquent de tous, que les tracasseries administratives sont nombreuses et que la concurrence de la compagnie européenne Last Chance (et ses véhicules flambants neufs et sur-équipés) menace Blijni de faillite.
Ferrand montre visiblement un attachement, comme dans Wastburg, pour l'homme de la rue, pour la vision de la Grande histoire par la petite porte. Il balade ainsi, dans Sovok, ses personnages de galère en galère construisant le portrait d'une Moscou sur le point de sombré sous le poids du libéralisme, de l'administration et des magouilles des politiciens.
Le roman est agréable à lire et le lecteur s'attache aux trois pauvres urgentistes qui dégustent sévèrent. Arrivé à la fin du roman, je n'aurais qu'un souhait : une nouvelle présentant le quotidien des urgentistes européens de Last Chance !

L'avis de Gromovar

2 commentaires:

Lune a dit…

Il devrait arriver sur ma PAL d'ici peu !

Cédric Jeanneret a dit…

Encore faut-il trouver le temps de le lire, mais c'est un très bon choix à mon avis ! :)