vendredi 26 août 2016

Sous le vent d'acier



Second tome de la trilogie d'Alastair Reynolds, débutée avec La Terre bleu de nos Souvenirs, Sous le vent d'acier se déroule deux ans après le premier tome. Centré sur la fille de Sunday Akinia, Chiku qui s'est fait clonée en deux exemplaires et synchronisé ses souvenirs entre ses clones. L'une d'entre elle est partie pour tenter rattraper le vaisseau de son arrière-grand-mère, une autre est partie dans un des gigantesques vaisseaux se dirigeant vers Crucible, la planète où une gigantesque structure extraterrestre a été détectée, la dernière restant sur Terre pour vivre une vie paisible.
 
Alors que la première est perdue depuis longtemps, que les deux autres Chiku vivent leur vie sans plus penser à leur clone, un message venue de celle qui se dirige ver Crucible lance Chiku sur les traces d'une IA menaçant à la fois l'humanité dans le système solaire et celle se dirigeant vers Crucible.
 
Ossillant entre l'histoire sur Terre et sur le vaisseau (se déroulant donc sur plus centaines d'années), les enquêtes des deux Chiku vont modifier fondamentalement la vie de l'humanité. Dans le système solaire, une chasse aux informations dangereuses et sur le vaisseau un poker politique pour comprendre ce qui attend réellement les voyageurs sur Crucible et pour résoudre le problème du freinage permettant de ne pas dépasser la destination.
 
Sous le vent d'acier est un roman bien écrit, agréable à lire et passionnant. Je regrette seulement qu'il partage, en partie, les défauts du premier tome : une enquête dangereuse qui mène les protagonistes à beaucoup se dépenser pour un résultat qui aurait sans doute été fondamentalement le même sans leur intervention (où en tous cas similaire), et une propension au Deus Ex-Machina qui permet soit de faire avancer l'intrigue, soit d'en résoudre (s'y ajoute le fait qu'une partie des solutions aux défis de l'humanité sont d'origine extraterrestre).
 
Un bon roman donc, mais pas exempts de défaut.

5 commentaires:

Vert a dit…

Il semble conserver les forces et les faiblesses du premier tome à te lire. Ca ne m'avait pas déranger sur le premier, ça devrait passer pour celui-là aussi ^^.

Cédric Jeanneret a dit…

clairement je trouve que cela passe....

Julien le Naufragé a dit…

Je me laisserais bien tenté par cette suite.

yogo a dit…

J'avais adoré le premier mais là j'ai peur que les concepts trans/posthumanismes me dépassent.

Cédric Jeanneret a dit…

Franchement il est dans la même veine que le premier, ni plus complexe à ce niveau, ni moins complexe.